06 juillet 2007

extrait de "Froid, Paul erre"

ivresseLorsqu'on assiste impuissant à l'effondrement de ses idéaux, on se sent désespéré. Lorsqu'on n'a plus la force de se battre contre les moulins qui tournent au vent mauvais, on essaie alors d'échapper à ce qui apparaît comme une fatalité. C'est la fuite, la démission, l'abandon. On a honte de soi, on voudrait oublier, ne plus être conscient de sa mauvaise conscience.

Pour m'oublier, je me perds dans l'alcool. Je m'y plonge comme on voudrait tomber dans un sommeil profond, sans petite voix dans la tête qui me rappelle ce qui ne va pas. Lorsque la vie et le monde semblent nous échapper, qu'on semble ne pas avoir de maîtrise, autant aller jusqu'au bout et perdre jusqu?à la maîtrise de soi. On n'est plus soi, on s'enlise, on se noie, on se détruit.

Posté par voussuisje à 21:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur extrait de "Froid, Paul erre"

Nouveau commentaire